Le secteur des pêches occupe une place importante dans l'économie nationale et contribue de façon dynamique au développement du Maroc en termes de création d'emplois, de sécurité alimentaire et de génération de revenus.

La richesse et la diversité des ressources halieutiques des côtes marocaines, ajoutées à l'expansion de la demande mondiale en produits de la mer et la stagnation de la production mondiale des captures, constituent de grandes opportunités pour le secteur des pêches et de l'aquaculture au Maroc.

Cependant, le domaine fait face à certains défis dont la mise à niveau et la modernisation de son outil de production.

C’est dans ce contexte que le Département de la Pêche Maritime a élaboré en 2008 le plan IBHAR destiné à la pêche côtière et artisanale. Cette première édition du programme (2008-2012), avait pour objectif le rajeunissement de la flotte de pêche, l’optimisation de son rendement, l’amélioration de la sécurité de la navigation et des conditions de travail et de vie à bord, et  le respect des normes nationales et internationales en matière de la qualité des  produits.

En termes de financement, ce programme bénéficie d'une enveloppe budgétaire de 5 Milliards de DH dont 1 milliard de DH au titre de la contribution de l’Etat, 740 millions de DH sous forme d’appui direct accordé aux professionnels et 261 millions de DH sous forme de garantie des crédits bancaires destinés à financer les acquisitions de bateaux de pêche.

Ibhar prévoit la mise à niveau de la flotte artisanale et de la flotte côtière ainsi que leur modernisation. Ce programme vise quatre principaux objectifs:

  • Une meilleure adéquation entre le type de flotte et la ressource.
  • L’amélioration des conditions de travail et de sécurité des marins pêcheurs.
  • L’introduction d’une nouvelle conception de construction navale favorisant l’optimisation des espaces de conditionnement et d’entreposage des captures.
  • Le renforcement de la contribution du secteur des pêches au développement économique et social du pays. Et ce à travers une amélioration sensible du niveau des revenus des populations ciblées et de leurs familles, un impact positif aussi bien sur la production, la consommation interne que l’exportation, et des effets induits sur d’autres branches, notamment l’industrie de valorisation des produits halieutiques, grâce à un approvisionnement plus régulier en produits de qualité

IBHAR II

Le Département de la Pêche Maritime a mis au point  le programme IBHAR II de mise à niveau et de modernisation des flottes de pêche côtière et artisanale, avec une approche globale basée sur :

  • L’amélioration et la mise à niveau des flottes côtière et artisanale existantes et  opérationnelles ;
  • L’introduction de nouveaux prototypes de navires côtiers modernes.

Ce programme envisage dans son montage financier l’accompagnement des opérateurs dans les actions envisagées. En effet, ce montage financier se base sur une contribution financière composée d’un appuie aux opérateurs pour supporter les frais qu’engendrerai la réalisation des actions de mise à niveau prévues par ce programme et en des crédits bancaires avec des conditions préférentielles. Ces crédits sont, en partie, garantis par un fonds de garantie.

Le Programme IBHAR II est composé de deux programmes essentiels :

  • Programme de mise à niveau des flottes côtière et artisanale
    Prévu sur une période de 3 ans, il  vise d’encourager les actions inhérentes à la promotion de la qualité des captures et l’amélioration des conditions de vie, de travail et de sécurité à bord. Ce programme cible 10 600 barques et 1 270 navires côtiers
  • Programme de modernisation de la flotte côtière
    Prévu sur une période de 4 ans, il vise l’incitation à l’introduction de quelques 400 nouveaux navires de conception modernes. Selon la nature de la coque, on distingue le Pack SAFINA pour les nouveaux navires en bois et le Pack SAFINA+ pour les nouveaux prototypes en acier ou en polyester.

Les deux programmes sont déclinés en package selon les actions souhaitées et qui envisagent des solutions aux insuffisances relevées au niveau de cette flottille.

Ainsi, les packs prévus dans le cadre de ces programmes se présentent  comme suit :   

 

  • Programme de Mise à Niveau de la Flotte Artisanale
    Il est décliné en 1 pack :
  • Pack MAWARID
    Consiste en l’incitation à l’équipement d’unités artisanales en moyen de communication, de navigation, de préservation des captures et en moyens de propulsion de la barque. L’appui financier de l’Etat à hauteur de 50% à 80% du montant de l’investissement. Le reliquat sera financé soit par apport personnel et/ou par micro crédit.

 

  • Programme de Mise à Niveau de la Flotte Côtière
    consiste à encourager les actions inhérentes à la promotion de la qualité des captures et l’amélioration des conditions de vie, de travail et de sécurité à bord.  Il est décliné en 3 packs
  • Pack ANABAR
    Les actions subventionnées, à hauteur de 40% du montant de l’investissement, concernent l’isolation des cales, la réfrigération des cales et la machine à glace. Les bénéficiaires de ce pack pourront contracter des crédits bonifiés et garantis pour couvrir les 60% restantes du montant de l’investissement.
  • Pack BAHARA
    L’appui financier concerne tous les travaux visant l’amélioration des conditions d’habitabilité, de vie et de travail à bord. Les subventions sont fixées à 30% du montant de l’investissement. Le reste pourrait être assuré par des crédits bonifiés et garantis.
  • Pack TAJHIZ
    Le montage financier s’articule autour d’une subvention fixée à 10% du montant de l’investissement, des crédits bonifiés et garantis ainsi que d’un apport propre de l’intéressé à hauteur de 20% au minimumdu montant de l’investissement.
  • Programme de modernisation de la flotte côtière
    Il est décliné en 2 packs :
  • Pack SAFINA+
    concerne l’introduction de nouveaux prototypes de navires en acier ou en polyester. L’appui financier de l’Etat est à hauteur de 30% du montant de l’investissement du navire armé avec un apport personnel minimal de 10%.
  • Pack SAFINA
    concerne la substitution des navires vétustes par d’autre en bois. L’appui financier de l’Etat est à hauteur de 20% du montant de l’investissement du navire armé avec un apport personnel minimal de 20%.

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)