PNAL le nouveau contexte de la pêche artisanale

 

Le programme national d'aménagement du littoral (PNAL) élaboré en vue de la restructuration du segment de la pêche artisanale revêt une importance particulière du fait qu'il permet la création de près de 100 000 postes d'emploi direct, et concerne quelques 15 000 barques.

Adressé principalement à la pêche artisanale, ce programme a pour préoccupation majeure d’intégrer ce segment dans le tissu socio-économique régional, par la mise en place d’infrastructures de base nécessaires pour la stabilisation de l’effort de pêche, la valorisation des produits capturés et l’amélioration des conditions socio-économiques des artisans pêcheurs. Ces infrastructures sont constituées de Points de Débarquement Aménagés (PDA) et de Villages de Pêcheurs (VDP).

Cette nouvelle approche marque la volonté de l’Etat marocain de créer des micro-pôles de développement local, générateurs d’emplois et de prospérité dans l’espace littoral, ce qui est de nature à sédentariser la population et atténuer l’exode rural. Ainsi, ce programme dynamique et participatif ne se contentant pas de fournir les infrastructures de base, intègre les populations locales dans toutes les étapes du projet, par l’incitation à la création de coopératives locales chargées de la gestion à posteriori de l’activité du site. Ce programme intègre aussi d’autres services, notamment les infrastructures médicales, de formation et de tourisme.

Parmi les objectifs assignés à la réalisation des VDP et PDA, il est à citer :

  • L’intégration de la pêche artisanale au circuit formel.
  • La promotion de la création de postes d’emplois et de leur stabilisation.
  • Le maintien de l’effort de pêche et la concentration des activités liées à la pêche artisanale à un niveau compatible avec les impératifs environnementaux.
  • L’augmentation des revenus de la filière pêche avec une meilleure valorisation du produit.
  • La création de pôles de développement qui généreront une activité économique importante pendant toute l’année par une augmentation des sorties en mer.
  • La réorganisation de l’activité de pêche en intégrant les marins et les membres de leur famille dans un processus de formation continue et de constitution de coopératives pour sauvegarder leurs intérêts.
  • La mise à niveau de l’activité pêche artisanale selon les normes de sécurité et de salubrité requises.
  • La facilitation de l’accès aux sources de financement.
  • L’accès à la couverture sociale (CNSS, AMO).
  • La sécurisation du matériel des pêcheurs.
  • La mise en valeur de l’activité touristique et artisanale.
  • Le désenclavement des zones littorales et leur intégration dans le tissu socio-économique régional.
  • L’augmentation du niveau des disponibilités alimentaires d’origine marine.
  • L’amélioration du bien-être économique et social des gens de mer.

 

Les Points de Débarquement Aménagés et les Villages de Pêcheurs visent la réalisation et la concrétisation :

  • D’antennes administratives permettant la proximité de l’administration mais surtout la présence permanente de tous les services de suivi et de contrôle : Délégation des Pêches Maritimes (DPM), Institut National de la Recherche Halieutique (INRH), Office National des Pêches (ONP), Douanes, Autorités Locales, etc.
  • D’équipements en VRD (eau, électricité et accès routier) et d’une aire de stationnement pour les barques.
  • D’une halle au poisson pour la vente à la criée des captures, maillon important dans la chaîne de valorisation du produit ainsi que son contrôle sanitaire.
  • D’une fabrique de glace et d’une chambre froide permettant la préservation des captures pour les périodes en dehors des heures de criée, ce qui assurera le maintien de la qualité du produit, ainsi que l’amélioration des recettes des pêcheurs par une meilleure régularité de l’offre.
  • De la mise en place d’une cuve selon les normes exigées en matière de sécurité et de préservation de l’environnement, celle-ci assurera aux pêcheurs l’approvisionnement continu en carburant.
  • De magasins de pêcheurs pour l’entreposage du matériel de pêche (moteurs, filets...).
  • D’un ensemble d’aménagements socioéconomiques notamment une antenne médicale, une salle de formation, un atelier mécanique, un atelier charpentier et une salle de prière.

Le coût moyen d’un PDA est de l’ordre de 15 millions de DH, tandis qu’il avoisine les 80 millions de DH pour la réalisation d’un VDP, dont le composantes principales, outre celles d’un PDA, sont une digue maritime et une cale de halage.

 

Le budget mobilisé pour ce programme a atteint 2.233 millions de DH répartis comme suit :

  • 17 Villages de pêcheurs (VDP)
    1.524 millions de DH (dont 797 MDH financés par l’Agence du Sud et l’ONP dans le cadre de la convention pour la réalisation de villages de pêche dans les provinces du Sud).
  • 39 Points de débarquement aménagés (PDA)
    704 millions de DH dont 446 millions financés par le MCA.
  • 8 Antennes médicales (AM)
    4,8 millions de DH.

 

  • Le programme est financé respectivement par sept sources :
  • 1
    Le Budget Général de l’Etat.
  • 2
    La Banque Mondiale.
  • 3
    Le Fonds Hassan II pour le Développement Économique et Social.
  • 4
    La Coopération Maroco-Japonaise.
  • 5
    Le Millennium Challenge Account.
  • 6
    L’Agence du Sud qui finance principalement la partie habitat et aménagements externes des villages dans le sud.
  • 7
    L’Office National des Pêches.

 

Réparation par bailleurs de fonds

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)