Adaptation et modernisation

Un des objectifs de la politique de développement du secteur de la pêche au Maroc est d’adapter la capacité de la flotte de pêche pour que la filière ait un avenir durable via une exploitation responsable des ressources. La modernisation de la flotte en améliorant les conditions de travail, les conditions sanitaires et la sélectivité du matériel de pêche, la rendra compétitive en supprimant les capacités excédentaires et en orientant le secteur vers le maintien et le développement intégral des zones côtières.

 

Programme de modernisation de la flottille

Pour contribuer au développement de la pêche, le Maroc veille également à la modernisation de la flotte de pêche, et au renouvellement des navires et des engins de pêche. Il s'agit d'accompagner pour améliorer la sécurité des équipages, la valorisation des produits, l’amélioration des conditions de travail, l’adaptation de la production à la demande pour poursuivre une exploitation durable de la ressource.

Le programme «IBHAR » s’inscrit dans le cadre des efforts menés pour encourager les opérateurs à mettre à niveau et à moderniser leurs unités de pêche.

La mise à niveau des flottes côtières et artisanales vise à préserver la qualité du poisson à bord, et à améliorer les conditions de vie et de travail des marins ainsi que le rendement et la performance des navires.

IBHAR

  • Programme de Mise à Niveau des Flottes Côtières et Artisanales : Prévu sur une période de 3 ans, il vise à encourager les actions de la promotion de la qualité des captures et l’amélioration des conditions de vie, de travail et de sécurité à bord.

        Ce programme a été décliné en 4 packs dont les taux de subvention varient entre 4O% et 10% de l’investissement:

    • Programme de Mise à Niveau de la Flotte Artisanale : décliné en un seul pack « MAWARID », il consiste en l’incitation à l’équipement d’unités artisanales en moyens de communication, de navigation et de préservation des captures. La flotte ciblée par le programme est de l’ordre de 10 600 barques ;
    • Programme de Mise à Niveau de la Flotte Côtière :Ce programme concerne une flotte de 1270 navires. Il est décliné en 3 packs :
      • Pack ANBAR: concerne l’isolation des cales, la réfrigération des cales, l’installation de machines à glace à bord et l’utilisation des icebox. Les bénéficiaires de ce pack pourront contracter des crédits bonifiés et garantis ;
      • Pack BAHARA: L’appui financier concerne tous les travaux visant l’amélioration des conditions d’habitabilité, de vie et de travail à bord.
      • Pack TAJHIZ : Les incitations financières concernent les équipements contribuant à l’économie du carburant et ceux de la passerelle ainsi que les aménagements de ponts.
  • Programme de Modernisation de la Flotte Côtière: Prévu sur une période de 4 ans, il vise l’incitation à l’introduction de quelques 400 nouveaux navires de conception moderne, combinant à la fois l’amélioration des formes de coques, les espaces de conditionnement et d’entreposage des captures, ainsi que les conditions de vie, de travail et de sécurité des marins pêcheurs.

        Selon la nature de la coque, deux packs ont été définis:

  • Pack SAFINA : concerne la substitution des navires vétustes par d’autres en bois (taux de subvention : 20% de l’investissement) ;
  • Pack SAFINA+ : concerne l’introduction de nouveaux prototypes de navires en acier, fibre de verre et autres matériaux que le bois (taux de subvention : 30% de l’investissement).

 

Elimination des filets maillants dérivants

Le Maroc est conscient et soucieux du maintien de l’équilibre des écosystèmes naturels et œuvre à la préservation de la biodiversité marine et à l’allégement de la pression de la pêche. Dans un objectif de conservation des ressources marines, le Maroc a opté en 2010 pour l’élimination du filet maillant dérivant (FMD) par la publication de la loi n° 19-07 interdisant les FMD, engin non sélectif utilisé principalement pour la pêche de l’espadon en Atlantique et en Méditerranée, pour réduire les captures de pêche accidentelle qui pourrait avoir un impact potentiel sur les populations de certaines espèces notamment, les dauphins, les baleines, les tortues marines et les juvéniles d’espadon.

Le projet d’élimination des FMD comprend deux composantes : l’indemnisation pour l’élimination des engins et l’indemnisation pour la sortie des navires.

263 navires sont concernés par ce programme.

 

Aires marines protégées

Dans le cadre du développement durable du secteur de la pêche, le Maroc opte aussi pour la création des Aires Marines Protégées (AMP). Cette démarche a été initiée au Maroc par le Millenium Challenge Corporation MCC « APP » au profit de la pêche artisanale.

Cette approche éco-systémique de la création des AMP au Maroc vise la promotion et l’intégration de la biodiversité (habitats et espèces critiques) dans la stratégie de gestion des ressources halieutiques.

Sites pilotes d'AMP :

  • Zone SOUIRIA KDIMA-Tafedena (Oued Soultan- Bouzarktoun),
  • Zone SIDI IFNI – AGLOU (Firk elil-Lagzira),
  • Zone JEBHA- AMSA (Alargoub-Tamerabet).

 

Récifs artificiels

Le Maroc opte aussi pour l’option des récifs artificiels comme outil intégré en vue de protéger et de restaurer les écosystèmes marins et favoriser ainsi la durabilité de la pratique de pêche.

Des récifs types artisanaux sont mis en place en Atlantique, à Souiria Kdima, et en Méditerranée, à Sidi Hssain et Cala iris. Des récifs type industriel sont réalisés l’un en Méditerranée (dans la baie de Martil) et l’autre en Atlantique (dans la baie d’Agadir). Le programme de suivi scientifique et socio-économique des récifs artisanaux et industriels se poursuit pour évaluer les retombées écologiques et économiques et l’intérêt d’extension et de faisabilité de nouveaux projets.

Évaluer cet élément
(0 Votes)