Depuis l’antiquité, l’activité de la pêche et de ses activités connexes de traitement et de conservation du poisson, sont fort présentes sur les côtes marocaines. On y retrouve d’ailleurs les traces par des vestiges archéologiques en plusieurs points de la côte entre l’embouchure du Loukkos et Essaouira.

 

Ils aiment leur mer et aiment y pêcher ; Les marocains marins et leur Maroc maritime

 

Sur ses deux côtés, Nord et Ouest, le Maroc est maritime.
Vers le Nord, c’est la belle Mare Nostrum, la Méditerranée, où les marocains se lançaient à leur façon à la conquête pour exploiter ses richesses maritimes, vers l’Ouest, c’est l’immensité de l’Océan Atlantique où les marocains partirent à l’assaut en quête des trésors maritimes.

Les marocains, peuple marin, ont élevé depuis des siècles des rapports et des liens avec leur mer. Des liens portant principalement sur les activités de la pêche, dont témoigne les ports de pêche ancestraux et modernes où se mêlent les bateaux d’hier et d’aujourd’hui.

 

Le témoignage d’une histoire

 

Il y a bien longtemps, la pêche maritime n’était pratiquée que par quelques pêcheurs à bord de petites embarcations à rames en certains endroits de la côte marocaine.

Puis elle s’est développée avec la construction des premiers quais des ports artificiels, qui ont donné une impulsion à l’exploitation maritime et à la naissance d’une industrie de la pêche.

1918, le début de la pêche maritime marocaine, apparue avec le développement des embarcations à moteur et des petits bateaux à rames et à voiles débarquant cette année là environ 350 tonnes de poissons dont 230 tonnes de sardines, d’anchois, de maquereaux, de thon et de bonite.

A partir des années 20, la pêche maritime marocaine s’émancipa de son carcan administratif et développa par le régime des eaux territoriales marocaines, les règles de préservation de l’écosystème marin, la législation sur l’exercice et le droit de la pêche.

De nombreux établissements de salaison et de conserves de sardines font leur apparition à partir de 1925, le commencement de la mise en place d’une réelle industrie de la pêche marocaine.

Début des années 30, le Maroc travailla à la modernisation des navires de pêche et à l’accroissement de leurs capacités, ce qui permit d’accroître de façon régulière les volumes des captures à partir de 1957 ; parallèlement, la pêche maritime prit de plus en plus d’importance au sein de l’économie nationale.

Fin des années 60, la pêche maritime était en plein essor et une structuration de la filière permit sa dynamisation et son développement spectaculaire, à travers la mise en place d’un certain nombre de mesures incitatives s’inscrivant dans la voie de la promotion et du développement du secteur des pêches maritimes.

Début des années 80, le Maroc assigna à la pêche maritime des objectifs ambitieux allant de l’accroissement de la sécurité alimentaire et la génération d’emplois jusqu’à son insertion dans le plan économique et social.

Sans cesse en renouveau, la pêche maritime marocaine s’est engagée au cours de ces dernières décennies dans une industrialisation grandissante, dans l’organisation de vastes recherches océanographiques et s’est dotée d’un armement hautement productif.

Aujourd’hui, ce secteur s'est structuré, notamment par la mise en place de dispositifs administratifs, juridiques et financiers appropriés qui lui ont permis de renforcer ses capacités et ses moyens de mise en valeur du patrimoine maritime national. Ainsi, l'ensemble de ces mesures a permis la modernisation progressive de la pêche maritime, la promotion et la modernisation des industries de la pêche, et l'intensification de la recherche scientifique marine et de la formation maritime.

Évaluer cet élément
(0 Votes)